La voie du guerrier intérieur : la voie de l'action impeccable.

Toutes les questions relatives à la situation postérieure au basculement sont traitées ici dans la mesure des possibilités.
Répondre
Avatar de l’utilisateur
Mahaujas
Confraternité I13
Confraternité I13
Messages : 2149
Inscription : 01 avr. 2019, 14:31
Re: La voie du guerrier intérieur : la voie de l'action impeccable.

Message par Mahaujas »

Bonjour à tous.

V.3 L'attitude positive envers la vie

Ce troisième élément du pouvoir personnel implique d'avoir la force d'esprit nécessaire pour être positif, reconnaître et valoriser ce qui fonctionne. La critique est l'apanage des faibles. Le Guerrier soutient tout ce qui est positif autour de lui. Il ne donne aucune énergie à ce qui paraît négatif (et souvent ne l'est pas autant que l'on pense, notre perception étant toujours restreinte par les limites de notre propres conscience et inconscience). Penser au négatif, c'est simplement le nourrir.

Il ne s'agit pas ici de "pensée positive", mais de maîtrise du mental. Cela implique d'avoir la force d'esprit de ne pas être victime du cynisme, la maladie majeure de notre temps. Le Guerrier a la force d'être positif malgré les épreuves de la vie. Il relève le défi d'affirmer que notre situation sur Terremère n'est pas sans espoir et que nous pouvons faire quelque chose pour améliorer ce qui ne fonctionne pas comme nous le voulons. L'attitude ordinaire est de se laisse envahir par tout ce qui arrive. Choisir d'avoir une vision positive est ce qui garantit notre pouvoir individuel. Pour le Guerrier, "impossible" n'est pas spirituel. Il sait que tout peut arriver. Il agit impeccablement et attend patiemment.

Il n'y a pas de problèmes, pas de quêtes pressantes ou de missions désespérées à accomplir.

Attendre patiemment, en sachant que l'on est en train d'attendre. Voilà une autre attitude du Guerrier. Pendant qu'il attend, il ne désire pas.

Ainsi accueille-t-il avec reconnaissance le plus petit évènement. S'il a besoin de manger, il découvre un moyen, parce qu'il n'est pas dominé par sa faim.
Si quelque chose le blesse, il trouve un moyen de l'arrêter, car son attention n'est pas tournée vers sa souffrance. Être dominé par la faim ou la souffrance signifie que l'Homme s'est laissé aller et qu'il n'est plus un Guerrier. Les forces de sa faim et de sa souffrance le détruisent.

Si nous pouvions réduire nos besoins à rien, la plus petite des choses que nous aurions serait un véritable cadeau.

Habituellement, nous utilisons l'argent comme moyen pour satisfaire nos désirs : là tout est bon, gagner, hériter, emprunter, mendier ou voler pour assouvir ses désirs coûteux. Le Guerrier choisit de vivre une vie simple, sans désirs, ce qui ne veut pas dire sans volonté. Il reste libre, non aliéné. Il part d'un esprit de service (on y reviendra), non d'égoïsme. Son plaisir de de donner toute son attention à chaque instant. Et cela ne coûte rien. Voilà un avantage de la voie du Guerrier. Elle est meilleur marché ! Le secret du bonheur peut se dire d'une autre façon : développer la capacité d'apprécier ce qui est là plutôt que de vouloir toujours plus.

Mahaujas
Serviteur de l'Absolu pour la satisfaction de faire ce qui doit être fait selon les cinq piliers de la perfection, dans l'Amour-Force, l'Humilité-Force et la Compassion-Force, ॐ ॐ ॐ

महौजस्
Avatar de l’utilisateur
Mahaujas
Confraternité I13
Confraternité I13
Messages : 2149
Inscription : 01 avr. 2019, 14:31
Re: La voie du guerrier intérieur : la voie de l'action impeccable.

Message par Mahaujas »

Bonjour à tous.

V.4 La confiance en la Création

Le quatrième élément pour développer notre pouvoir personnel est le sentiment d'être totalement supporté par cette dimension que l'on appelle Dieu, la Présence, la Création, l’Énergie cosmique ou le nom que l'on veut. Le Guerrier a une confiance fondamentale dans une énergie de vie qui le dépasse. Il avance sur son Chemin-qui-a-du-coeur avec cette confiance. Ainsi, il ose risquer. Il est confiant que la Création est bienveillante et le soutient dans son action. Il sait qu'il n'est pas seul. Alors, pour que la Magie s'empare de lui, il chasse le doute de son esprit.

"Le pouvoir des animaux sauvage vient de ce qu'ils ne doutent pas, car un animal ne pense pas. Il ne fait que savoir." DON JUAN MATUS

Cette capacité d'expérimenter une relation avec la Création est fondamentale dans le pouvoir individuel. Sans elle, il serait bien difficile parfois de prendre des risques. Avec elle, un Guerrier sait qu'il arrivera toujours à ses fins, par conséquent il ne se soucie de rien. Un chasseur sait qu'il prendra le gibier à son piège car le gibier est prévisible, comme l'homme dans son conscience ordinaire. Se faire du souci, nous l'avons vu, c'est devenir accessible et perdre de l'énergie.

Un Guerrier est intrépide. Il veut découvrir, saisir avec son cœur, tout ce que la logique de ce monde et les remparts de nos propres jugements nous incitent à repousser. Il est entier, sans modération. La modération c'est la médiocrité, la peur et la confusion déguisées. C'est la tromperie raisonnable du diable. C'est le compromis qui ne satisfait personne. C'est une façon d'être pour ceux qui craignent de rire ou pleurer, pour ceux qui ont peur de vivre ou mourir.

Mahaujas
Serviteur de l'Absolu pour la satisfaction de faire ce qui doit être fait selon les cinq piliers de la perfection, dans l'Amour-Force, l'Humilité-Force et la Compassion-Force, ॐ ॐ ॐ

महौजस्
Avatar de l’utilisateur
Mahaujas
Confraternité I13
Confraternité I13
Messages : 2149
Inscription : 01 avr. 2019, 14:31
Re: La voie du guerrier intérieur : la voie de l'action impeccable.

Message par Mahaujas »

Bonjour à tous.

V.5 La souplesse face au changement

Pour faire place à plus de pouvoir personnel, le Guerrier sait lâcher le contrôle issu de l'ego et de ses peurs. Il ne résiste pas. Il accueille le changement comme une opportunité d'expérimentation nouvelle. Il fait confiance en la sagesse de la vie qui le guide et sait suivre le mouvement de façon souple et harmonieuse. Car toute résistance bloque l'énergie et le processus de croissance.

La seule chose permanente est le changement.

Tout change. Si nous résistons, nous perdons du temps, du pouvoir et de l'énergie. Nous devenons stressés. Ce conte zen illustre la souplesse face aux évènements :

Dans un village de pêcheurs, au Japon, vivait une jeune femme qui donna naissance à un enfant, sans être mariée. Ses parents se sentirent humiliés et demandèrent qui était le père. Apeurée, elle refusa de le dire. Le pêcheur qu'elle aimait lui avait confié en secret qu'il allait partir faire fortune et reviendrait l'épouser. Ses parents insistèrent. Désespérée, elle désigna comme père Hakuin, un moine qui vivait dans la montagne.

Les parents outragés partirent avec le bébé chez le moine. Ils tambourinèrent à la porte jusqu'au moment où Hakuin ouvrit et ils lui tendirent l'enfant. "Ceci est à toi; à toi d'en prendre soin !"

"S'il en est ainsi", dit Hakuin. il prit l'enfant dans ses bras et salua les parents qui partaient déjà.

Une année s'écoula et le vrai père revint pour épouser la jeune femme. Les parents stupéfaits et en colère se rendirent une seconde fois chez Hakuin pour lui demander l'enfant.

"Tu nous a laissés croire que c'était ton enfant. Donne nous notre petit, voleur !".

"Qu'il en soit ainsi", dit Hakuin, en leur rendant l'enfant."

Voici maintenant un moyen d'entraîner notre souplesse face aux changements. C'est le sixième élément du pouvoir personnel.

(La suite très bientôt).

Mahaujas
Serviteur de l'Absolu pour la satisfaction de faire ce qui doit être fait selon les cinq piliers de la perfection, dans l'Amour-Force, l'Humilité-Force et la Compassion-Force, ॐ ॐ ॐ

महौजस्
Avatar de l’utilisateur
Mahaujas
Confraternité I13
Confraternité I13
Messages : 2149
Inscription : 01 avr. 2019, 14:31
Re: La voie du guerrier intérieur : la voie de l'action impeccable.

Message par Mahaujas »

Bonjour à tous.

V.6 Sortir des conditionnements

Sortir des conditionnements, "Ne pas faire", est le résultat de l'art du traqueur (déjà abordé). Cela consiste à introduire un élément dissonant dans la structure de notre comportement quotidien. Le but est d'interrompre le déroulement habituel des évènements ordinaires - évènements qui étaient catalogués dans notre esprit par notre raison.

L'élément dissonant s'appelle le "non faire" ou le contraire de faire. Le "faire" désigne tout ce qui fait partie d'une ensemble pour lequel nous avons une explication cognitive. Le "non faire" est un élément étranger à cet ensemble répertorié. Le "non faire" est un jeu de perception où l'on concentre son attention sur tous les aspects du monde qu'on néglige habituellement, comme l'ombre des choses.

Notre attitude ordinaire est généralement rationnelle. Nous croyons connaître les choses. Mais que connaissons nous ? Uniquement la forme des choses.
Nous sommes le témoin des actions des gens. Notre expérience se réduit uniquement à ce que les gens nous font, à ce qu'il font aux autres. Nous ne connaissons rien de ce monde mystérieux et inconnu. Ainsi, lorsque nous regardons un arbre, par exemple, ce que nous savons faire est de nous concentrer immédiatement sur le feuillage. Jamais nous ne nous occupons de l'ombre des feuilles ou de l'espace entre les feuilles. Pourtant notre monde dépend ce ce sur quoi on insiste. Un Guerrier peut découvrir beaucoup de choses dans les ombres. Les résultats sont surprenants. Et le corps aime cela parce que notre attention le réveille. Il devient plus alerte, plus vivant, plus dynamique, plus fort.

Entraînement : "Parfois nous pensons que nous sommes pourris. Ça c'est notre "faire". Maintenant, pour modifier ce "faire", à partir de cet instant et pour huit jours, nous pouvons nous mentir à nous-mêmes. Au lieu de nous raconter la vérité, que nous sommes laids, pourris jusqu'à la moelle, inadaptés, nous nous raconterons que nous sommes exactement le contraire tout en sachant que nous mentons et qu'il n'y a aucun espoir pour nous".

Cela peut nous fixer sur un autre "faire" et comprendre que deux "faire" sont faux, irréels, ne sont que des mensonges. Prendre l'un d'eux comme point d'articulation de la vie n'est qu'un gaspillage de temps. La chose réelle est l'être derrière les "faire".

La volonté de sortir de ces conditionnements et l'attention nécessaire se cultivent chaque jour en modifiant volontairement nos habitudes. Le choix est vaste, car toute habitude en elle-même, tout rituel automatique et inconscient est négatif. En revanche, aucune activité spécifique - fumer, boire, manger du sucre, faire l'amour, jouer, etc., n'est ni bonne ni mauvaise. Chaque action a son plaisir et son prix. En étant attentif à ces deux aspects, le Guerrier devient réaliste et responsable de ses actions. Il a alors le choix de faire ou ne pas faire, puis vit ce choix sans inquiétude sachant que la mort le guette à chaque instant.

Mahaujas
Serviteur de l'Absolu pour la satisfaction de faire ce qui doit être fait selon les cinq piliers de la perfection, dans l'Amour-Force, l'Humilité-Force et la Compassion-Force, ॐ ॐ ॐ

महौजस्
Avatar de l’utilisateur
Mahaujas
Confraternité I13
Confraternité I13
Messages : 2149
Inscription : 01 avr. 2019, 14:31
Re: La voie du guerrier intérieur : la voie de l'action impeccable.

Message par Mahaujas »

Bonjour à tous.

V.7 Apprivoiser la mort

Nous avons vu qu'un Guerrier choisit un Chemin-qui-a-du-coeur et le suit. Pour le fouler avec joie, il utilise sa folie contrôlée car il sait que sa vie se terminera bien trop tôt et que rien n'est plus important qu'autre chose.

Il sait qu'en s'avançant sur le chemin de la connaissance du Plan, il doit à tout moment, faire face à une imminente annihilation de sa personnalité. Inévitablement, il acquiert une conscience aigüe et authentique de sa propre mort. Le tout, sans se centrer sur lui, ce qui deviendrait débilitant. Ainsi cette conscience doit s'accompagner du détachement. L'idée de la mort, au lieu de tourner à l'obsession, devient alors indifférence.

Sans la conscience de la mort, le Guerrier n'aurait pas la puissance et la concentration indispensables pour transformer son temps sur terre en pouvoir personnel.

L'idée de la mort est donc d'une importance monumentale dans sa vie. Sans une vision claire de la mort, il n'y a pas d'ordre, pas d'équilibre, pas de beauté. Les Guerriers luttent pour acquérir cette perspicacité capitale afin de pouvoir prendre conscience, au niveau le plus profond, que rien, absolument rien, ne leur garantit que leur vie se poursuivra au-delà de l'instant. Cette prise de conscience leur donne le courage d'être patients, mais d'agir; le courage d'être consentants sans être stupides.

Notre attitude ordinaire la plus coûteuse est de nous complaire dans un sentiment d'immortalité comme si de ne pas penser à la mort nous protège. Cela nous protège juste de l'inquiétude qu'elle suscite. Cette politique de l'autruche est sans espoir et elle nous enlève notre stimulant vital. La plupart des gens agissent alors dans la vie sans jamais se battre vraiment, ni réfléchir intensément.

Un Guerrier pèse chacun de ses actes. Comme il a une conscience intime de sa mort, il agit de façon judicieuse, comme si chaque acte était sa dernière bataille, qu'il livre avec respect en donnant le meilleur de lui-même. C'est pour lui un plaisir qui rend la peur supportable.

Il faut nous en convaincre : dans notre monde, la mort est la seule chose irrévocable. Nous sommes des êtres qui allons mourir, mais nous n'y croyons pas. C'est dommage c'est merveilleux ! Pensez à ce qui peut être accompli par un être qui sait qu'il va mourir, qui en est pleinement conscient.
C'est cette idée de la mort qui donne du courage au Guerrier. Le courage d'être rusé sans être vaniteux et, surtout, le courage d'être implacable sans être suffisant.

"La mort est le plus grand des plaisirs. C'est pour ça qu'on la garde pour la fin." Carlos Castaneda

La mort est notre seul défi. Nous sommes nés pour relever ce défi, que nous soyons des hommes ordinaires ou des Guerriers. Les Guerriers le savent; les hommes ordinaires non. En fait, les gens n'ont pas conscience que la mort est leur seul adversaire. Mais ils n'ignorent pas le temps qui passe et qui leur manque... pour faire tout ce qu'ils voudraient faire... avant de mourir. Le stress les envahit parce qu'ils ne mettent pas de temps sur leurs priorités de vie, ni même de temps pour s'arrêter et choisir ces priorités. Le temps leur file entre les doigts, bouffés par leur routine quotidienne.

Sachant qu'il n'a pas la possibilité d'éviter la mort, le Guerrier n'a qu'une chose sur laquelle il puisse s'appuyer : le pouvoir de ses propres décisions. Il est maître de ses choix et une fois faits, il n'a plus le temps pour des regrets ou des lamentations. Ses décisions sont irrévocables simplement parce que la mort ne lui laisse pas le temps de se cramponner à quoi que ce soit. Alors, avec détachement, il suit son chemin avec stratégie. La connaissance de sa mort le guide, le rend détaché et silencieusement robuste. Si les choses deviennent confuses, un Guerrier pense encore à sa mort.

La mort nous guette à chaque instant. Elle attend le moment. Chaque jour, le Guerrier sait qu'il peut mourir et il agit au mieux, comme si c'était sa dernière journée. Pourtant, il ne pense jamais qu'il ne survivra pas à tel évènement. Il vit sa vie stratégiquement, en choisissant ses priorités... tout en restant souple face aux cadeaux imprévus et incroyables que nous offre cette vie mystérieuse. La mort est source de pouvoir : le plus petite connaissance que le Guerrier acquiert ne devient pouvoir qu'en ayant la mort comme force centrale. La mort donne l'accord final et tout ce qu'elle touche devient pouvoir.

La vie est le processus à travers lequel la mort nous défie. La mort est la force active. La vie est l'arène. Dans cette arène il n'y a que deux rivaux, peu importe le moment : soi et la mort. L'attitude ordinaire consiste à croire que c'est nous, les êtres humains, qui lançons le défi. Réfléchissons : nous ne sommes que passifs. Si nous bougeons, c'est seulement parce que nous ressentons la pression de la mort. Soyons-en conscients : la mort règle nos actions et nos sentiments et nous pousse implacablement jusqu'au moment où elle nous brise et gagne le combat ou bien alors que nous la dépassons et nous vainquons. Car nous pouvons la vaincre.

Vaincre la mort, c'est ne jamais avoir à cire : "Je suis désolé" ou "je regrette" ou "j'aurais dû...". Si un Guerrier doit être écrasé, c'est en se battant et non en s'excusant ou en s'apitoyant sur lui-même. Et peu importe la nature de notre destin spécifique, tant que nous l'affrontons avec un abandon fondamental.

Les Guerriers vainquent la mort et la mort reconnaît sa défaite en les laissant partir librement, en paix avec eux-mêmes. Elle cesse de les défier.

Le Guerrier ne souhaite pas la mort. Il n'essaye même pas d'imaginer ce qu'elle est. Il est là, simplement, pour qu'elle le prenne dans son courant le moment venu. Pourtant, il n'est pas jamais prêt pour sa mort. Il est prêt seulement pour le combat. C'est sa meilleurs façon d'être prêt pour sa mort.

"La mort n'est pénible que lorsqu'elle survient quant on est au lit, malade. Quand tu te bats pour ta vie, tu n'éprouves pas de souffrance. Si tu éprouves quelque chose, c'est de la jubilation." DON JUAN MATUS

Traqué par la mort, le Guerrier n'a pas le temps de douter ni d'avoir de remords. A l'opposé, l'homme ordinaire qui agit comme s'il était immortel, perds son temps en annulant des décisions prises à la va-vite. Il regrette. Il doute.

Un Guerrier n'essaye pas de ses précipiter en avant, plein de projets pour demain. Car demain ne viendra peut-être jamais. Il apprécie aujourd'hui comme si c'était son dernier jour et il sert l'humanité avec une joie réelle.

Mahaujas
Serviteur de l'Absolu pour la satisfaction de faire ce qui doit être fait selon les cinq piliers de la perfection, dans l'Amour-Force, l'Humilité-Force et la Compassion-Force, ॐ ॐ ॐ

महौजस्
Avatar de l’utilisateur
Sunritavac
Confraternité I12
Confraternité I12
Messages : 247
Inscription : 02 avr. 2019, 14:00
Re: La voie du guerrier intérieur : la voie de l'action impeccable.

Message par Sunritavac »

C'est un de mes passages préféré :)
Merci
Avatar de l’utilisateur
Mahaujas
Confraternité I13
Confraternité I13
Messages : 2149
Inscription : 01 avr. 2019, 14:31
Re: La voie du guerrier intérieur : la voie de l'action impeccable.

Message par Mahaujas »

Bonjour à tous.

VI. Le service efficace et intelligent

Paradoxalement, servir donne encore de l'énergie au Guerrier. Pour le comprendre, on peut utiliser une analogie entre le service envers l'Humanité et le courant électrique. Le courant ne passe que lorsqu'il fournit de l'énergie à quelque chose qui se trouve en dehors de lui-même. L'égoïsme détourne l'énergie aussi sûrement qu'un court-circuit.

Un Guerrier travaille à construire et éclairer la société humaine. Pour être au service de façon efficace, il fait les petites choses du quotidien aussi bien, sinon mieux que ceux qui pensent que la vie est limitée à une routine sans intérêt.

Cinq éléments guident sa stratégie de service :

1- Le Guerrier soutient et encourage tout ce qui est positif et qui fonctionne. Il utilise toute son énergie à construire. Il refuse de critiquer ou de détruire (à partir de l'ego). Au plus, il remarque, sans insister, les erreurs de ce qui ne fonctionne pas pour ne pas les répéter. Il cesse de s'occuper des affaires des autres et apprend à créer positivement dans sa propre vie. Il est pour quelques chose plutôt que contre quelque chose. Pour lui, ce qui est, "anti", ne mène nulle part.

2- En toute humilité, il construit et bâtit sur ce qui fonctionne déjà et à partir de ce que les autres lui apprennent, au lieu de recommencer à zéro. Il place son énergie dans ce qu'il veut créer. Pour être efficace, il n'est pas nécessaire de tout recommencer.

3- Il est courageux, hardi, pour créer quelque chose qui n'a jamais été accompli auparavant, quelque chose de totalement neuf. Les temps sont propices au nouveau. Les esprits s'ouvrent aux changements réellement alternatifs qui pourront remplacer les solutions insatisfaisantes aux problèmes actuels de notre société.

4- Le Guerrier intérieur est capable d'extrapoler ce qu'il expérimente dans sa vie personnelle à son champ de service. Il transpose sa croissance personnelle à la croissance collective.

5- Il joue à 100 % afin de maîtriser son champ d'action, son travail, et d'y exceller parce qu'avant tout il l'aime et il aime la vie. Khalil Gibran écrivait : "Le travail, c'est l'Amour rendu visible".

Mais de quel amour s'agit-il ?

(A suivre)

Mahaujas
Serviteur de l'Absolu pour la satisfaction de faire ce qui doit être fait selon les cinq piliers de la perfection, dans l'Amour-Force, l'Humilité-Force et la Compassion-Force, ॐ ॐ ॐ

महौजस्
Avatar de l’utilisateur
Mahaujas
Confraternité I13
Confraternité I13
Messages : 2149
Inscription : 01 avr. 2019, 14:31
Re: La voie du guerrier intérieur : la voie de l'action impeccable.

Message par Mahaujas »

Bonjour à tous.

VII. L'amour inconditionnel

L'Amour inconditionnel (que nous écrivons avec un grand "A") est un état non passionnel. Il est accompagné d'une joie beaucoup plus fine, beaucoup plus riche que ce qu'on appelle habituellement "l'amour". Ce mot cache souvent un ensemble d'aliénations et de blocages intérieurs, sources de dépendances ou de manipulations affectives.

Nous confondons souvent Amour et attachement. Ne disons-nous pas : "Je suis attaché à mon conjoint, à mes enfants, aux êtres qui me sont chers. "Cher est le coût, en effet, de cet attachement ! Ce penchant permet de sentir une certaine proximité et de connaître de brefs moments de bonheur. Cependant, la perte de distance avec le vécu de notre pièce de théâtre - familiale ou professionnelle - nous fait nous identifier au rôle auprès de ces personnes. Nous devenons eux.

"La motivation de l'Amour vrai, c'est un désir passionné que l'objet aimé actualise pleinement sa propre perfection inhérente, indépendamment des conséquences pour celui qui aime - c'est un état de service."

L'attitude du Guerrier est une affection détachée. Elle lui permet de tenir son rôle avec abandon et plaisir, en veillant attentivement à ce que cette affection ne se transforme pas en passion éperdue qui lui ferait perdre son efficacité de service. Car alors son sentiment de détachement, qui était ce qui lui avait donné le pouvoir d'Aimer, disparaît. Sans ce détachement, il éprouve seulement les besoins caractéristiques de la vie de tous les jours et ressent du désespoir et du désarroi.

Pour éviter cela, il lui faut se donner un objectif abstrait, comme la liberté. Même si nous ne comprenons pas exactement ce qu'est la liberté d'être, nous pressentons qu'elle est le contraire de nos propres besoins concrets.

La pauvreté est l'état qui écrase l'Homme quant il est dominé par les besoins concrets.

"Aimer ce n'est pas faire que l'objet de votre Amour se sente confortable superficiellement... L'Amour est la sagesse qui voit loin et qui cherche à rendre vivant dans l'objet de son Amour toutes les facultés ou qualités qui peuvent lui permettre un progrès sûr." ALICE A.BAILEY

L'Amour inconditionnel, c'est la capacité d'aimer au-delà des désirs personnels et illusoires. C'est un Amour sans "oui, mais". Cet Amour est la source de l'énergie et de la puissance du Guerrier intérieur. Il permet une compréhension large de la condition humaine et apporte de l'empathie, c'est-à-dire une qualité d'émotion enrichie par la compréhension de notre humanité. Elle diffère de la compassion dont le sens est souvent teinté d'apitoiement sur le sort de l'autre, reflet de notre apitoiement sur nous-mêmes (raison de la nécessité de la Compassion-Force). Les Guerriers ne s'apitoient plus sur eux-mêmes. Sans la force agissante de l'apitoiement sur soi-même, la compassion n'a aucun sens.

La folie contrôlée implique qu'une Guerrier ne peut plus avoir d'attachement ou d'affection pour un de ses semblables. Il n'est plus "affecté" par leur comportement. Il Aime en profondeur et cherche à faire émerger cette profondeur chez lui et chez les autres. Notre attitude ordinaire s'intéresse trop à "aimer" les gens ou à se faire "aimer" des gens. Un Guerrier Aime, c'est tout. Il Aime ce qu'il veut et il se sert de sa folie contrôlée pour ne pas s'y attacher. Ce qui est à l'opposé du comportement ordinaire. Pour notre vie, il est bien plus essentiel de suivre avec intensité et Amour notre chemin-qui-a-du-coeur que de chercher à "aimer" les gens ou se faire "aimer" par les gens. Nous ne pouvons compter sur les autres, même si parfois une âme charitable ou un Guerrier Aimant peuvent nous donner un coup de pouce.

"L'homme doit bien le comprendre : son évolution n'intéresse que lui. Personne d'autre n'y est intéressé. Et il ne doit compter sur l'aide de personne. Car personne n'est obligé de l'aider, et personne n'en a l'intention. Au contraire, les forces qui s'opposent à l'évolution des grandes masses humaines s'opposent aussi à l'évolution de chaque Homme. C'est à chaque Homme de les déjouer." GURDJIEFF

Un Guerrier Aime inconditionnellement et, en un sens, il ne se consacre qu'à lui-même ! Encore un paradoxe. Tout commence et finit avec lui-même. Il suit son chemin et le contact avec l'abstrait le pousse à surmonter le sentiment de sa propre importance. Alors le "moi" devient abstrait et impersonnel.

Mahaujas
Serviteur de l'Absolu pour la satisfaction de faire ce qui doit être fait selon les cinq piliers de la perfection, dans l'Amour-Force, l'Humilité-Force et la Compassion-Force, ॐ ॐ ॐ

महौजस्
Avatar de l’utilisateur
Mahaujas
Confraternité I13
Confraternité I13
Messages : 2149
Inscription : 01 avr. 2019, 14:31
Re: La voie du guerrier intérieur : la voie de l'action impeccable.

Message par Mahaujas »

Bonjour à tous.

VIII. L'intégrité et la pureté d'intention


L'intégrité consiste à vivre en vérité avec soi-même et avec les autres. En particulier, c'est la capacité de s'engager et de tenir ses engagements. Être intègre, ce n'est pas se soumettre à un ordre établi. C'est oser vivre et agir en fonction de sa propre vérité intérieure. Cela demande du courage, de l'autonomie et un sens clair de nos propres valeurs intérieures, libre de l'influence de l'opinion des autres.

Cette intégrité génère une grande paix intérieure, ce qui libère l'énergie de nos contradictions. Être intègre signifie que le Guerrier incarne ce qu'il enseigne et n'enseigne que ce qu'il incarne. En voici un exemple :

Une mère conduisit son jeune fils chez le Mahatma Gandhi. Elle le supplia : "Je vous en prie, Mahatma, dite à mon fils de ne plus manger de sucre. Cela ruine sa santé."

Gandhi réfléchit, puis déclara : "Ramenez votre enfant dans quinze jours." Surprise, la femme le remercia et promit de faire ce qu'il lui avait demandé.

Quinze jours plus tard, elle revint avec son fils. Gandhi regarda le jeune garçon dans les yeux et dit : "Ne mange plus de sucre, cela détruit ta santé."

Reconnaissante mais étonnée, la femme le questionné : "Pourquoi m'avez vous demandé de le ramener après deux semaines ? Vous auriez pu lui dire la même chose la première fois.

Gandhi répondit : "il y a quinze jours, je mangeais encore du sucre."

L'intégrité est une qualité formidable et si difficile à atteindre : être monolithique et en même temps avoir la flexibilité de faire face souplement à tout ce qui se présente; sans l'intégrité, un chemin ne peut avoir de cœur.

Il est temps maintenant de plonger au centre du combat que le Guerrier mène avec son ego et ses besoins aliénants.

Mahaujas
Serviteur de l'Absolu pour la satisfaction de faire ce qui doit être fait selon les cinq piliers de la perfection, dans l'Amour-Force, l'Humilité-Force et la Compassion-Force, ॐ ॐ ॐ

महौजस्
Avatar de l’utilisateur
Varttikendra
Confraternité I
Confraternité I
Messages : 1274
Inscription : 01 avr. 2019, 15:06
Re: La voie du guerrier intérieur : la voie de l'action impeccable.

Message par Varttikendra »

Bonjour Mahaujas,

Excellente histoire, je la vois bien rajoutée en bas de la page, " présentation de l'Archalchimie ", non ?
auriez-vous l'Intention de regrouper le tout terminé ( je pense que oui :) en 1pdf ?
Merci pour cette voie de l'action Impeccable qui résonne.
" Vincit Qui Se Vincit, Ardet Nec Consumitur "

Répondre